L'école du desastre

Président velléitaire, François Hollande, chef de file d’une gauche nourrie au lait de l’égalitarisme et du multiculturalisme, a poursuivi la destruction programmée de l’école à laquelle se sont employés ses ministres de l’Education/ Vincent Peillon, Benoît Hamon et Najat Vallaud Belkacem.
Mais la droite, quand elle était au pouvoir, a poursuivi grosso modo la politique de la gauche. Les mesures aberrantes dictées par les pédagogistes et soutenues par le Ministère n’ont jamais été remises en question et, de Bayrou à Ferry, de Darcos à Luc Chatel, le plus souvent reconduites.
Quant à la gauche, au nom d’un égalitarisme suicidaire, elle n’a eu de cesse de détruire l’instruction en construisant un socle commun d’apprentissages ludiques et en poursuivant l’analphabétisme des élèves par la méthode mixte (semi-globale). Fidèle aux utopies totalitaires, elle a propulsé de la maternelle au lycée son cheval de bataille : changer l’homme pour lutter contre les discriminations et l’indifférenciation sexuelle.
Dans le même temps, la violence gangrenait les établissements scolaires, du fait d’une politique laxiste de l’excuse, notamment à l’égard des élèves d’origine immigrée. Instrument de la destruction d’une jeunesse privée de savoir et de formation, l’Éducation nationale a montré la finalité qui l’anime : façonner des citoyens consommateurs et décérébrés.
La nomination de Jean-Michel Blanquer a suscité un espoirs de changement chez les parents et les enseignants. Qu’en est-il vraiment des grandes réformes annoncées ?

Fiche technique:

  • Date de parution: 19 septembre 2018
  • Isbn: 978-2-84621-273-1
  • Format: 12.5 x 21cm
  • Pagination: 228 pages
  • Impression: Broché sous couverture quadri
  • Prix public: 9 €
  • Disponibilité: Disponible