Michel Servet

Du bûcher à la liberté de conscience

En ce 500e anniversaire de la naissance de Jean Calvin et de Michel Servet, l’« affaire Servet » reste un accroc dans l’image du Réformateur. Voilà qu’en ce XVIe siècle où l’intolérance de l’Inquisition domine l’Europe, à Genève, un opposant à Calvin est, à son tour, brûlé. Dans son livre, Vincent Schmid s’attache à montrer l’originalité de Servet, enfant de l’Espagne et d’Érasme, fortement attaché au droit de penser librement et qui cristallise le débat entre Calvin et Castellion. Dans une langue simple et concrète, il dessine un Servet vivant et proche, dont la fin tragique marque les prémisses de la liberté de conscience. Une réflexion plus que jamais d’actualité.

« Au XVIe siècle, quand l’Inquisition répandait ses ténèbres sur l’Europe humaniste, Montaigne, Erasme et leurs émules – tel l’hérétique Michel Servet – ont forgé cet instrument critique : l’esprit d’examen. Or l’esprit d’examen ne remporte jamais de victoires définitives contre ce que Michel Servet appelait la pétrification dogmatique. Il a besoin de passeurs et de témoins. » (Marianne).

Fiche technique:

  • Date de parution: 9 janvier 2009
  • Isbn: 978-2846211185
  • Format: 16 x 24cm
  • Pagination: 176 pages
  • Illustration:1 cahier hors texte 8 p. nb
  • Impression: Broché sous couverture quadri
  • Prix public: 18 €
  • Disponibilité: Disponible